Lauréat et Finalistes

Wave Over Wave – Rita McKeough

Posté le Feb 27, 2012 | Comments Off on Wave Over Wave – Rita McKeough

Wave Over Wave – Rita McKeough

Finaliste 2006

Créateur: Rita McKeough

Proposante: Susan McEachern

Originaire de Halifax, l’artiste multidisciplinaire Rita McKeough a  exposé régulièrement ses œuvres au Canada depuis 1977 et a présenté son œuvre  internationalement.

Elle a enseigné les arts dans de nombreuses institutions au pays et a été  batteuse dans plusieurs groupes de musique. Rita McKeough a toujours maintenu  son engagement envers les centres culturels gérés par les artistes et envers  les initiatives culturelles et musicales de sa communauté.

Elle maintient qu’elle a été choyée au cours de sa vie de pouvoir  compter sur le support et sur l’aide de ses amis et de sa communauté dans la  création de son œuvre.

Née à Antigonish en  Nouvelle-Écosse, Rita a étudié les arts de l’impression et la sculpture à  l’Université de Calgary où elle a obtenu son baccalauréat en beaux-arts. Elle a  poursuivi ses études à l’Université NSCAD où elle s’est vue décerner sa  maîtrise en beaux-arts en 1979.

Cette installation artistique offre un mélange particulier d’éléments urbains et ruraux, un instant dans l’espace temps qui éveille les sens et évoque de profondes réflexions personnelles et régionales.

Cette œuvre combine des éléments musicaux, sonores, visuels et historiques en plus d’illustrer la diversité du message universel de la mer lorsque les vagues rencontrent le rivage.

Spirits of Coora Road – Lorna Ramlochansingh

Posté le Feb 27, 2012 | 1 remarque

Spirits of Coora Road – Lorna Ramlochansingh

Finaliste 2006

Créateur: Lorna Ramlochansingh

Proposante: Linda Maxwell

Lorna Ramlochansingh crée et tisse des  tapisseries. Née à Trinidad et Tobago, elle a immigré à Toronto au début des  années 70.

Après avoir pris sa retraite du milieu de la gestion corporative, elle a  décidé de déménager en Nouvelle-Écosse en 1993 où elle a mis en place un studio  de tapisserie à Sambro Head. Lorna a vécu en Nouvelle-Écosse jusqu’en 2004  avant de déménager à Ottawa.

Lorna a acquis sa formation artistique de base au Ontario College of Art and Design à Toronto et a développé sa  technique en tapisserie des Gobelins en France. Elle a participé à divers  ateliers du Nova Scotia Center for Craft  and Design (NSCCD) et de l’Atlantic  Spinners and Handweavers’ Guild.

L’utilisation des couleurs par cette artiste a grandement été influencée  par Joyce Chown, professeure émérite du NSCCD. D’ailleurs, Lorna affirme que  cette institution a joué un rôle significatif dans le succès de sa tapisserie Spirits of Coora Road. Au cours de sa  carrière artistique, Lorna s’est vu attribuer deux bourses du Conseil canadien  des arts pour les métiers d’art.

Spirits of Coora Road est une tapisserie murale représentant  des histoires du folklore de Trinidad et Tobago telles que son père lui a  raconté lorsqu’elle était enfant. L’idée de transformer ces histoires en une  tapisserie a germé en elle lorsqu’elle a vu sa première tapisserie murale  géante au musée Rijksmuseum à Amsterdam aux Pays-Bas. Selon elle, la tapisserie  était le seul médium capable d’exprimer la beauté de ces histoires.

Cette tapisserie a requis pas moins de deux ans et demi à compléter, de  sa conception jusqu’à son exposition.

Cette œuvre a été sélectionnée parmi plus de 200 tapisseries provenant  du monde entier pour être exposée avec une trentaine d’autres lors de la  cinquième exposition biennal de l’American  Tapestry Alliance aux États-Unis en 2004 et en 2005.

La tapisserie de Lorna a aussi été l’objet d’un court métrage de CBC  Halifax qui a par la suite été présenté à un auditoire régional, national et  international. Spirits of Coora Road  est présentement à Trinidad où il a été exposé pendant la Carifiesta 2006,  laquelle est une manifestation culturelle importante dans les Caraïbes. L’œuvre  a fait partie de la programmation de la foire du livre de la Carifiesta dans le  cadre d’une présentation sur l’histoire dans les livres d’art. Enfin, la  tapisserie a été choisie  pour apparaître  dans un livre sur la tapisserie contemporaine et qui sera publié plus tard  cette année aux États-Unis.

Spirits of Coora Road a été dessiné et tissé dans les studios  de Lorna à Sambro Head en Nouvelle-Écosse.

Cette grande tapisserie colorée et imaginative raconte la vie à Trinidad. C’est l’exemple rare et frappant d’une œuvre qui requiert de l’artiste un engagement, une ténacité et un dévouement total.

Cette œuvre utilise merveilleusement divers matériaux colorés et exige de la tisserande une vision claire et une planification minutieuse. Elle est aussi emplie de profondeur et l’effet global que cette toile produit chez l’observateur en est un de fraîcheur et de nouveauté.

To Find Us: Words and Images of Halifax – Sue MacLeod

Posté le Feb 27, 2012 | Comments Off on To Find Us: Words and Images of Halifax – Sue MacLeod

To Find Us: Words and Images of Halifax – Sue MacLeod

Finaliste 2006

Créateur: Sue MacLeod

Proposante: Andrew Terris

Sue MacLeod a publié deux recueils de  poésie: Singing You Hear at the Edges et The Language of Rain.

Ses poèmes ont été publiés dans des journaux et des compilations un peu  partout au pays, en plus d’être diffusés sur le réseau régional et national de  CBC.

Elle a été invitée à lire ses poèmes dans neuf provinces au Canada,  entres autres au Ship Inn de Saint-Jean à Terre-Neuve, au Festival of Words de Moose Jaw, et à la bibliothèque municipale de  Vancouver au coin des rues Hastings et Main.

Sue a grandi à Toronto, mais habite la Nouvelle-Écosse depuis son  adolescence et réside présentement à Halifax. En tant que membre de la  communauté littéraire, elle a été nommée sur le conseil d’administration de la Writer’s Federation of Nova Scotia, elle a  enseigné la poésie au centre Tatamagouche et partagé ses connaissances avec des  élèves de tous les âges par l’entremise du programme Writers in the Schools.

De 2001 à 2005, elle a été sélectionnée comme poétesse officielle de la Municipalité  régionale de Halifax et c’est en remplissant ce rôle  qu’elle a écrit et publié l’œuvre To Find Us: Words and Images of Halifax.

Cette anthologie de mots et d’images combinés dans un petit livre présente la ville de Halifax comme un endroit chaleureux, humain et terre à terre. Ce mélange de mots et de photos inspire le lecteur à vouloir s’impliquer et à parvenir à ses propres conclusions.

La collection trace un portrait diversifié de classes, d’âges et de cultures et va bien au-delà des images stéréotypées qui existent à propos de Halifax.

Variations on the Halifax Explosion for Orchestra – Peter Allen

Posté le Feb 27, 2012 | Comments Off on Variations on the Halifax Explosion for Orchestra – Peter Allen

Variations on the Halifax Explosion for Orchestra – Peter Allen

Finaliste 2006

Créateur: Peter Allen

Proposante: Yvonne DeRoller

Originaire de Halifax, Peter Allen est un pianiste de concert respecté,  un enseignant et un compositeur.

Il est présentement professeur adjoint de piano à l’Université  Dalhousie. Il a interprété des concertos pour orchestre, de la musique de  chambre, il a été soliste lors de plusieurs récitals et il a participé à de  nombreux enregistrements musicaux.

Les commandes qu’on lui a soumises et qu’il a composées incluent les  œuvres Mar Atlantico (Première  canadienne par Symphony Nova Scotia  au Centre national des arts à Ottawa; première néo-écossaise au centre Rebecca  Cohn à Halifax – diffusion par CBC), Haligonian  Rhapsody for Two Pianos, Maritime Suite for Clarinet and String Orchestra et  String Quarter, qui lui ont valu des  ovations.

Variations on the  Halifax Explosion fut  commandée par le directeur artistique du Nova  Scotia Youth Orchestra, Dr. Greg Burton. Les variations mettent en lumière  les fluctuations d’humeur de la communauté et des paysages à la suite de la  tragédie.

Le thème musical représente la soudaineté de l’explosion. La première  variation aborde la dévastation du territoire et des habitants, la deuxième  variation explore les lamentations douloureuses d’une victime, la troisième  évoque le chaos et la confusion chez les survivants et enfin, la quatrième  variation symbolise la détermination des Haligoniens à venir en aide aux  blessés, à enterrer les morts et à s’élever au-dessus de la catastrophe.

La coda représente la ferme résignation et la détermination de la  population de Halifax à surmonter cette épreuve, à survivre et à avancer.  L’accord final  se veut un cri à l’aide collectif.

Cette œuvre est une pièce musicale considérable et « explosive ». C’est le son d’un événement tragique que tous les Néo-Écossais peuvent comprendre.

La musique est à la fois stimulante et accessible à l’auditeur. C’est aussi un défi pour les interprètes, dans ce cas-ci le Nova Scotia Youth Orchestra (NSYO), d’interpréter gracieusement cette pièce musicale avec virtuosité et émotion. Composées expressément pour le NSYO, ces variations sont un moyen superbe de partager un événement historique important avec la prochaine génération.

C’est un chef-d’œuvre qui pourrait être interprété et applaudi dans n’importe quelle salle de concert dans le monde.

Ted Cavanagh, Richard Kroeker, Roger Mullin, Alden Neufeld et 23 constructeurs/designers de la faculté d’architecture et d’aménagement de l’Université Dalhousie

Posté le Feb 27, 2012 | Comments Off on Ted Cavanagh, Richard Kroeker, Roger Mullin, Alden Neufeld et 23 constructeurs/designers de la faculté d’architecture et d’aménagement de l’Université Dalhousie

Ted Cavanagh, Richard Kroeker, Roger Mullin, Alden Neufeld et 23 constructeurs/designers de la faculté d’architecture et d’aménagement de l’Université Dalhousie

Lauréats du Prix Chef d’œuvre de la Lieutenante-gouverneure de la Nouvelle-Écosse 2006

Créateurs: Ted Cavanagh, Richard Kroeker, Roger Mullin, Alden Neufeld et 23 constructeurs/designers de la faculté d’architecture et d’aménagement de l’Université Dalhousie.

Proposant: Grant Wanzel

Le Théâtre Petit Cercle tourbillonne  au gré des puissants vents Suette de Chéticamp pour se transformer en un projet  communautaire enlevant et unique. En 2004, cette communauté francophone du Cap-Breton a voulu célébrer en grand les 400 ans de la présence européenne au  Canada en organisant un festival international. L’installation architecturale permanente avait pour objectif d’accueillir des événements jeunesse et est rapidement apparu comme un site de prédilection pour héberger un futur camp théâtral qui ferait la promotion chez les jeunes de la culture acadienne ainsi que des méthodes locales de construction. Se réunissant d’abord autour d’un site  abandonné aux allures surréelles, les professeurs et étudiants ont reçu les  leçons des bâtisseurs de la région avant de s’engager dans la construction  d’une structure murale faite de cadres de bois « invisibles au vent » et dont la base est supportée par de la pierre concassée. Surmontée d’un manche  à vent aux couleurs du drapeau acadien, une glissoire construite à la hauteur  d’un enfant permet à ceux-ci de faire une grande entrée au théâtre. Les murs  sont entrelacés d’une cage verticale constituée de planches de bois d’un par  quatre pouces dont les assises de couronnement sont simplement fuselées. Des  lattes de bois d’un par trois pouces sont placées à la diagonale et vissée à  l’intérieur et à l’extérieur de la cage afin de créer une cavité partiellement  remplie de pierre concassée servant à maintenir la structure en place lorsqu’un vent Suette balaie la région. Tels une coque de bateau ou un panier, cette arabesque tridimensionnelle crée un effet  de densité avec des matériaux somme toute assez fins. En quinze jours, le théâtre a été dessiné, construit et presque entièrement financé.

Cette œuvre capte de façon magnifique l’esprit communautaire que les arts peuvent inspirer et nous interpelle tous à s’impliquer dans notre communauté. Le Petit Cercle est un travail collectif, une union d’architectes reconnus de Halifax et de membres de la communauté de Chéticamp.

Ils ont créé et érigé une structure qui évoque un sens de l’émerveillement hors de l’ordinaire. Le résultat final est riche, innovateur et visuellement saisissant. Construit à partir de matériaux locaux, ce théâtre extérieur a été conçu pour les jeunes et est érigé de façon à être pleinement fonctionnel. Le bâtiment reflète la beauté naturelle qui irradie du site, le romantisme des lieux et l’effervescence de la population de cette région du Cap-Breton.

L’œuvre se distingue, car elle devient de façon permanente un objet de fierté pour la communauté et pour la province entière, en plus d’être une source continue d’inspiration pour d’autres artistes.